Ils sont espagnols ou allemands, ils sont finlandais, italiens ou britanniques, Français de l’étranger aussi. Depuis hier ils ne cessent de m’écrire.

Tous aiment la France.

Tous la voient de loin.

En cette veille d’élection, ils m’envoient des messages de soutien, des interrogations aussi. Ils retiennent leur souffle.

Car la France qu’ils apprécient est ouverte, généreuse, universelle. Elle est européenne. Ils ont cru à ses promesses. Certains ne votent pas et pourtant, ce qui est en jeu, c’est aussi leur monnaie, leur Union, leur avenir.

L’un des enjeux de cette élection, le plus vertigineux peut-être, est là : certains de ceux qui, en France, se font passer pour patriotes sont ceux qui pourraient faire le plus de mal à notre pays, le plus salir son image et décevoir beaucoup des gens que j’aime.

S’il y a une chose que je ne regrette pas c’est de m’être engagée auprès d’Emmanuel Macron :  au nom de l’Europe, pour mes enfants, pour la France et pour tous ceux qui, Français ou non, partagent mes idéaux.

Les nationalistes et les xénophobes prétendent nous enfermer avec eux dans une nation rancie. Merci à ceux qui de près ou de loin, sont venus me rappeler la force et la grandeur des affinités électives.

Publicités