L’Europe a besoin d’un nouvel élan. Ces dernières années, les modérés de tous bords ont abandonné la bataille européenne. Ils ont privilégié des solutions de facilité qui ont diminué la crédibilité française tout en sapant la relation franco-allemande. Ni la crise financière, ni la crise migratoire n’ont reçu une réponse adéquate.

Les tensions entre Etats se sont accrues. Les Britanniques ont choisi de quitter l’UE. C’est grave. En quoi le repli et le nationalisme qui, au vingtième siècle ont précipité l’Europe dans le chaos, seraient-ils soudain inoffensifs ?

L’échelle pertinente pour agir et défendre nos valeurs et nos intérêts dans un monde troublé est souvent l’Europe. Le Président de la République est le représentant français au Conseil européen ; cet aspect important de la fonction est  escamoté alors qu’il devrait être essentiel.

La France a besoin de reprendre confiance en elle. Les appels à la haine, à l’exclusion ne feront que l’affaiblir et la diviser. Pour combattre le chômage et la pauvreté, les recettes utilisées à ce jour ont échoué ; certains blocages enferment les plus démunis, les jeunes des quartiers défavorisés, dans une impasse.

 La France a besoin de renouveau. Une démocratie vivante s’appuie sur des talents neufs, sur une jeunesse tournée vers l’avenir. Elle se régénère. C’est particulièrement crucial avec la révolution numérique en cours, avec le changement climatique et des bouleversements géopolitiques qui condamnent les solutions du passé. Pourquoi ceux qui hier, ont exercé les plus hautes fonctions, et échoué, seraient-ils soudain les bons artisans du changement ?

Pour contrer les extrémistes, qui abusent le peuple en feignant le servir, il est indispensable de construire une alternative constructive, pro européenne, ouverte.  C’est pourquoi je soutiens Emmanuel Macron.

Publicités